Notre exploitation

La première parcelle de vigne de la famille, fut achetée par mon arrière-grand-père maternel, Constant Gendron dans les années 1930 sur le territoire de Bouzy. Après la deuxième guerre mondiale, la famille s'installa à Cramant à 3kms au sud d’Epernay. Durant toute leur vie, mes grands-parents et mes parents placèrent leurs économies dans l'achat de parcelles de vignes dans la Côte des Blancs. A ce jour, l’exploitation compte une trentaine de parcelles, soit 1h60, réparties sur les communes de Cramant, Avize, Chouilly et Oger.

carte-cote-des-blancs

Au début des années 2000, après l’obtention de mon CAP, je prends en main l'exploitation familiale avec la ferme intention de poursuivre le travail accompli par mes parents et mes grands-parents. D'une part, en acquérant de nouvelles parcelles de vignes, mais surtout en poursuivant le chemin tracé par mes aïeules, c'est à dire en pressurant nos raisins afin de vinifier et commercialiser des bouteilles de Champagne.

taille-benoit

Je choisis donc de m'engager en tant que récoltant coopérateur avec les Viticulteurs d'Avize et je développe peu à peu la commercialisation du Champagne Benoit Munier en proposant d'abord un Champagne Brut Grand Cru 100% chardonnay. Progressivement, d'autres cuvées apparaissent dans la gamme. En 2011, mon épouse me rejoint sur l’exploitation et nous axons surtout notre commercialisation sur la vente aux particuliers à la propriété. Aujourd’hui, nous commercialisons environ 6000 bouteilles par an en France et en Europe.

BEN.SEV

Avec l’expérience, j’aspire à essayer de nouvelles méthodes de travail, faire des essais et peu à peu modifier mes pratiques culturales.

Depuis une dizaine d’années, je m’emploie à modifier mes pratiques, ma manière de travailler et je m’éloigne de plus en plus de la viticulture conventionnelle demandeuse de rendements qui ne me convient plus et n’est plus, à mon sens, assez respectueuse de l’environnement et de mes terres.

Je privilégie le travail manuel et les méthodes préventives en étant constamment  à l'écoute  de mes plantes, de la météorologie et en respectant de mon mieux l'écosystème dans une démarche de développement durable.

myosotis (Copier)

 Il y a 3 ans, je supprime peu à peu le désherbage en plein et je fais le choix de laisser la végétation naturelle se développer dans les routes de vignes afin de favoriser la biodiversité. Au printemps 2015, après plusieurs années de réflexion, j’investis dans des interceps mécaniques sur chenillard qui me permettent de supprimer la végétation sous les pieds de vignes sans utiliser d’herbicides. L'objectif est de supprimer totalement les désherbants chimiques et d’avoir recours au désherbage manuel pour les parcelles où les interceps ne sont pas utilisables à cause des  fortes pentes et du risque élevé d'érosion du sol.

Chaque nouvelle saison viticole me permet d’expérimenter de nouvelles pratiques, de me remettre en question, d’ajuster mes expériences des années précédentes et de m’épanouir un peu plus, à chaque fois, en travaillant mes vignes comme je l’entends, sans m’enfermer dans une doctrine, mais avec discernement et passion.

interceps mécaniques sur chenillard (Copier)

Les modifications apportées à la conduite de mes vignes me donnent l’envie d’apporter également des changements dans l’élaboration de mes cuvées.

commission-2014 (Copier)

Dans la première décennie des années 2000, j’entre à la commission de dégustation de la coopérative afin de m’impliquer dans l’élaboration des assemblages.

Assez rapidement, j’éprouve le besoin de faire des essais d’assemblage, de dosage, de réduction du bisulfite, etc… dans l’espoir de pouvoir à terme réaliser une cuvée empreinte de ma personnalité.

En 2015,  je touche au but en réalisant un marc de 4000kgs avec mes vignes se trouvant sur Avize afin de vinifier une nouvelle cuvée avec le minimum d’intrants (sans chaptalisation, sans enzymage, avec un passage au froid naturel… en respectant et m’adaptant au potentiel du vin) dans le prolongement de mon travail dans les vignes.

DSC_0405 (Copier)

85 ans après le début de l’aventure, j’éprouve beaucoup d’émotion à voir cette première cuvée 100% Munier naître. Bien sûr, je ne compte pas m’arrêter là et j’espère pouvoir continuer mon cheminement vers une viticulture plus propre, plus saine, plus naturelle, pour moi, pour vous, pour nous.

bb-2015

"Un vigneron heureux est celui qui connaît son bonheur"

Share Button